Mois : mars 2020

Même confiné(e)s… il faut danser!

Voilà 10 jours que nous sommes confinés.

10 jours que nous devons réinventer notre vie: la classe à la maison, le télétravail, les repas en famille à préparer deux fois par jours (j’allais dire… pour les plus chanceux d’entre nous)

10 jours que nos repères deviennent de plus en plus flous: on traine le soir pour prolonger encore un peu la journée…. mais du coup on se lève de plus en plus tard (du moins dans mon cas), on passe plus de temps en pyjama qu’en tenue de ville, même la météo nous joue des tours passant de la chaleur estivale à la neige hivernale…

10 jours que cuisiner, pâtisser sont (re)devenus un véritable sacerdoce: que ce soit par nécessité, pour optimiser nos fonds de placards, ou par plaisir, pour vaincre la morosité ambiante.

10 jours que nous mettons notre organisme à rude épreuve: on ne marche plus, on bouge moins, on mange plus, on multiplie les apéros (skype) et on reste plus longtemps devant nos écrans…

Alors au Studio, on s’est dit que nous aussi on avait notre rôle à jouer… Si nous ne sommes pas qualifiées pour aller prêter main forte aux infirmières, ni bâties pour aller sur les chantiers relever les ouvriers du bâtiment, il y a une chose que nous savons faire: danser et vous faire danser!

Or souvenez-vous, danser ce n’est pas simplement bouger… c’est également booster son cerveau!

Voici 5 choses incroyables qui se passent dans votre cerveau quand vous pratiquez la danse régulièrement:

  1. La danse augmente la connectivité neuronale en stimulant plusieurs fonctions du cerveau à la fois: rationnelles, musicales, kinesthésiques et émotionnelles. conclusion:  76% de risque de démence en moins chez les +de 75 ans pratiquant la danse!
  2. La danse rend plus intelligent: en effet, elle exige une prise de décision rapide à des questions telles que: quel pas faire? quand faut-il tourner? à quelle vitesse dois-je me déplacer?
  3. La danse améliore votre mémoire musculaire: les danseurs sont capables d’accomplir des mouvements complexes plus facilement car ils savent visualiser les mouvements et les “marquer”, jusqu’à les répéter presque machinalement.
  4. La danse ralentit le vieillissement et stimule la mémoire: chaque fois que vous apprenez quelque chose de nouveaux, comme de nouveaux pas de danse, vous créez de nouvelles synapses dans votre cerveau. Or plus ces synapses sont complexes… mieux c’est!
  5. La danse aide à prévenir les vertiges: les danseurs, au fils des années,  développent la capacité de supprimer les signaux des organes de l’équilibre dans l’oreille interne Le signal dans le cerveau responsable des étourdissement est réduit au minimum ce qui permet aux danseurs d’être résistants à la sensation de vertige.

Alors n’attendez plus… rejoignez nos cours en ligne pour continuer à pratiquer la danse -en toute sécurité- et faire du bien non seulement à votre corps mais également à votre cerveau!

Pour vous inscrire aux cours en ligne, c’est là: ▶️

DANSER un clip vidéo…

Comme vous l’avez peut-être (re)découvert à l’occasion de la Journée de la Femme, la directrice artistique d’Aix Studio Ballet, Charlotte Faillard, a réalisé l’année dernière un clip vidéo pour le groupe KYO*. Nous avons décidé d’en savoir plus:

I: Bonjour Charlotte, ou devrais-je dire… French Ballerina, comment vous est venue cette idée?

FB: En fait, ce n’est pas moi qui ai eu cette idée, c’est le groupe KYO qui m’a contactée pour participer à un projet artistique à l’occasion de leur 15eme anniversaire.

I: Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet?

FB: Le projet KyoArtClub est une Carte blanche que le groupe a décidé de donner à plusieurs artistes pour qu’ils (ré)interprètent à leur façon un titre, des paroles liés à l’univers de KYO. Quand ils m’ont appelée j’ai été un peu surprise… En dehors de leurs morceaux phares je ne connaissais pas grand chose et puis à force d’écouter leurs chansons je suis tombée sur “le coeur des femmes” et c’est là que j’ai décidé de relever le défi!

I: Donc vous avez commencé par choisir la chanson sur laquelle vous vouliez danser… et ensuite?

FB: Quand vous faites un clip vidéo il ne s’agit pas tant de “danser sur une musique” que de livrer votre propre interprétation dansée de la mélodie, du texte, de l’ambiance musicale…

I: Et… comment fait-on?

FB: D’abord on écoute… dix fois, cent fois la chanson pour s’imprégner des paroles, du rythme. Ensuite on commence à imaginer un personnage, un décor, une histoire… Qui sont ces femmes dont parle KYO? Et comment les raconter à travers des mouvements de danse? Vous savez, être artiste, c’est choisir de mettre en lumière ce qui nous touche ! Et ce qui m’a touché c’est cette image des âmes qui se font et se défont, ces êtres de passion et de larmes, d’orage et de lumière.

I: Mais concrètement, on commence par quoi?

J’ai commencé par imaginer l’histoire de cette femme blessée, douce mais qui reste forte et j’ai décidé de la raconter… à l’envers! Je l’ai scénarisée, comme une petite bande dessinée. Ensuite j’ai penser à la chorégraphie.

Pour le décor, je voulais quelque chose de très minéral, une lumière très crue, pour renforcer le contraste ombre/lumière, mais je voulais également un endroit inattendu, qui prenne le spectateur à contre-temps. Et quand j’ai visité ce stand de tir de Septème les Valons…  j’ai su que c’était là… On ne pouvait pas faire plus (in)approprié pour une ballerine, qu’une ancienne carrière réservée aujourd’hui aux armes!

Mais faire un clip, c’est une aventure qui se vit en équipe… moi,  j’ai choisi @fotomaniak et John Carrière pour les images (photo et vidéo) et Eloïse Ganem  pour le maquillage.

I: Combien de temps le tournage a-t-il duré?

FB: Nous avons tourné pendant toute une journée. En reprenant plan par plan ma petite bande dessinée, mais en commençant pas la fin. Il y avait des caméras fixes et un drône. Fotomaniak, lui, s’occupait des photos et la pauvre Eloïse me suivait partout avec ses palettes de maquillage pour les raccords… et des bouteilles d’eau car il faisait très chaud ce jour là… Nous avons fait de nombreuses prises et… reprises, car il faut penser à tout en gardant en tête le résultat final auquel on veut arriver…

I: Et pour la musique?

FB: Au risque de vous surprendre, on danse sans musique… enfin la musique on l’a dans la tête… et ce n’est qu’au montage, un travail long et délicat, que l’on ajoute la bande son. Il s’agit ensuite de choisir au mieux les plans éloignés, rapprochés, vus du ciel etc… pour “coller” à la musique et donner une sensation d’harmonie et de fluidité sans lasser le spectateur.

Et quand tout est bien calé par rapport à la musique, il suffit d’ajouter le titre et surtout les crédits à la fin pour rendre hommage au travail de chaucn.

I: Merci French Ballerina pour toutes ces explications et à bientôt… dans un autre clip!

Pour (re) voir French Ballerina interpréter “Le Coeur des Femmes” de Kyo, c’est ici ▶️